Entrepôt : comment rédiger un protocole de sécurité ?

Un arrêté de 1996 impose aux transporteurs et aux entreprises qui les accueillent afin d’effectuer un déchargement et/ou un chargement de marchandises d’établir mutuellement un document écrit mentionnant toutes les informations nécessaires à l’évaluation des risques liés à ce type d’opérations. Le protocole liste et décrit également l’ensemble des mesures mises en place et des moyens employés par chacune des parties pour éviter les accidents, comme l’usage d’une cale de roue.

Départ inopiné d’un camion en pleine procédure de transbordement, basculement de la remorque à charger, chute de chariots élévateurs… Aux abords des quais d’un entrepôt logistique, les risques d’accidents du travail sont divers et nombreux : dans le secteur du transport routier de marchandises par exemple, 9 accidents sur 10 ont lieu lorsque le véhicule est à l’arrêt (source : pôle information juridique à l’INRS, Institut National de Recherche et de Sécurité).

Un document concerté entre le transporteur et l’entrepôt

Dans un but préventif, la Loi oblige les responsables de sites et les transporteurs qui utilisent leurs infrastructures pour livrer et/ou embarquer des marchandises, à évaluer les dangers potentiels et à mettre en œuvre une série de mesures pour les parer. Ces indications sont à consigner au sein d’un document officiel et obligatoire qui remplace depuis un arrêté d’avril 1996 le plan de prévention prévu par un décret antérieur (1992).

Les règles qu’il fixe ont été transposées et, pour certaines, ajustées dans le Code du travail en 2008, aux articles R. 4515-1 à R. 4515-11.

Le texte impose expressément la rédaction d’un Protocole de Sécurité dès lors qu’une société de transport fait pénétrer un ou plusieurs de ses camions au sein d’un lieu d’accueil (un entrepôt logistique par exemple) en vue d’y effectuer un chargement et/ou un déchargement. La Loi considère comme telle toute « activité concourant à la mise en place ou d’enlèvement sur ou dans un engin de transport routier, de produits, fonds et valeurs, matériels ou engins, déchets, objets et matériaux de quelque nature que ce soit » (article R.4515-2).

Il s’agit d’un document conjoint et concerté entre les deux parties : l’entreprise hôte d’un côté, le transporteur de l’autre.

Que doit contenir le Protocole de Sécurité ?

L’entreprise d’accueil est tenue de donner des informations sur :

–  Les consignes de sécurité mises en place en interne et les équipements employés pour prévenir certains risques : une cale de roue par exemple immobilise parfaitement le camion au cours des manœuvres effectuées sur le quai par les caristes.

–    Le plan de circulation appliqué à l’extérieur et au sein de l’entrepôt, et les itinéraires à respecter pour les opérations de chargement et de déchargement.

–     Les moyens de secours déployés en cas d’accident.

–     Le type de matériels de manutention utilisés.

Le transporteur mentionne, de son côté :

  • Les caractéristiques du véhicule qu’il utilise, son aménagement et ses équipements ;
  • La nature de la marchandise acheminée, et la manière dont elle est conditionnée
  • Les précautions et les sujétions particulières « résultant de la nature des substances ou des produits transportés ».

Chaque protocole doit être daté et signé par les parties prenantes et tient lieu d’engagement réciproque. Les comités d’hygiène et de sécurité des entreprises concernées y ont obligatoirement accès et l’inspection du travail est en droit de le consulter lors d’un contrôle.

L’absence d’un protocole de sécurité, ou un défaut dans sa mise à jour, constitue un délit passible d’une contravention de cinquième classe.

Sélectionner la cale de roue idéale pour votre flotte de camions

La sélection d'une cale de roue adaptée est cruciale pour la sécurité et l'efficacité des opérations de transport. Avec une variété de modèles disponibles sur le marché, choisir la cale idéale pour votre flotte de camions peut sembler complexe. Cet article propose des...

Maximiser la sécurité des entrepôts : Le rôle crucial des cales de camion dans les zones de chargement

Dans le monde logistique, où chaque détail compte pour optimiser la productivité et garantir la sécurité, l'utilisation des cales de camion émerge comme une solution incontournable. Ces dispositifs, souvent sous-estimés, jouent un rôle prépondérant dans la prévention...

Le coût réel d’un accident du travail en entrepôt

En cas d’accident grave, le montant des pertes indirectes peut excéder 3 à 5 fois le coût direct lié aux seuls frais d’indemnisation du salarié victime. Au-delà de l’impact humain, la nécessité de bien sécuriser un entrepôt, en l’équipant par exemple d’une cale de...

Cale de roue : entre acier et aluminium, que choisir ?

Ces deux matériaux sont très utilisés dans la conception de cales de quai destinées à stabiliser les remorques et semi-remorques en cours de chargement. Quelles sont les propriétés de chacun ? Certaines sont faites en plastique et même en caoutchouc, mais les cales en...

Maine-et-Loire : intensification des contrôles sur les chariots automoteurs

Depuis le mois de novembre 2023 et jusqu’en janvier 2024, l’Inspection du Travail procède à des vérifications techniques dans les entreprises qui utilisent des équipements mobiles pour effectuer leurs opérations de manutention. Cette décision préfectorale fait suite à...

Comment signaler un danger ou une obligation en entrepôt ?

Les responsables d’entrepôts logistiques recourent au marquage au sol, à des panneaux et à un code couleur spécifique pour informer et protéger l’ensemble des personnes qui circulent dans leurs zones de stockage et de chargement. Quel affichage réglementaire faut-il...

Entrepôts : comment aménager les quais de chargement ?

Si le Code du Travail donne des indications très générales pour sécuriser l’activité des salariés qui opèrent aux abords des quais de chargement, l’INRS (Institut National de Recherche et de Sécurité), organisme paritaire associé à l’Assurance Maladie, fournit aux...

Accidents du travail en entrepôt : le risque de « faute inexcusable » pour l’employeur

Un salarié victime d’une chute ayant entrainé des blessures invalidantes perçoit une indemnisation forfaitaire de la CPAM (Caisse Primaire de l’Assurance Maladie). Un rente complémentaire peut toutefois lui être accordée si l’accident du travail est consécutif à une...

Le défaut de frein, un risque dans les entrepôts

Les départs inopinés des véhicules de transport stationnés à quai sont parfois causés par une défaillance de leur frein de parc. Comment fonctionne ce dispositif sur un poids lourd ? 90% des accidents impliquant un véhicule de transport de marchandises se produisent...

Entrepôt : des solutions pour financer vos actions de prévention

Formations, subventions, accompagnements…la branche « risques professionnels » de l’Assurance Maladie, et ses antennes régionales incarnées par les Carsat (Caisses d’Assurance Retraite et de Santé au travail) proposent des mesures de soutien destinées aux entreprises...