Accidents du travail en entrepôt : le risque de « faute inexcusable » pour l’employeur

Un salarié victime d’une chute ayant entrainé des blessures invalidantes perçoit une indemnisation forfaitaire de la CPAM (Caisse Primaire de l’Assurance Maladie). Un rente complémentaire peut toutefois lui être accordée si l’accident du travail est consécutif à une « faute inexcusable » de l’employeur.

Chaque année près de 8 000 accidents du travail sont recensés dans les entreprises du secteur logistique (entreposage et stockage frigorifique ou non) : près du quart d’entre eux sont des « chutes de hauteur », dont une part significative survient au cours des opérations de manutention réalisées dans des camions mal stabilisés le long des quais de chargement, faute d’avoir été immobilisés par une cale de roue.

Le régime français de Sécurité Sociale prévoit une indemnisation des salariés victimes d’un accident du travail dès lors qu’il nécessite des soins médicaux, entraîne une incapacité temporaire (500 000 jours par an dans la logistique) ou une invalidité absolue et définitive qui empêche l’assuré d’exercer son activité professionnelle.

Accident du travail : les conditions et modalités d’indemnisation

La Caisse Primaire d’Assurance Maladie possède même une branche spécialisée dans la prise en charge des « accidents du travail ». Cette compensation financière n’est toutefois pas automatique : un cariste qui subit des blessures graves à la suite d’une chute doit en effet apporter la preuve que celle-ci a eu lieu sur le site de son entreprise et durant ses horaires de travail, tels qu’ils sont définis dans son contrat d’embauche.

Pour être juridiquement reconnu comme tel, un accident du travail doit également être constaté par un supérieur hiérarchique, et faire l’objet d’une déclaration à l’employeur.

Il incombe ensuite à ce dernier de fournir à la CPAM l’ensemble des pièces nécessaires au déclenchement de l’indemnisation du salarié : elle donne lieu à un remboursement à 100% des frais médicaux, et la suppression du délai de carence de 3 jours qui s’applique dès l’activation de l’arrêt de travail pour cause de maladie.

Un salarié victime d’un accident dans le cadre de son activité professionnelle reçoit donc ses indemnités journalières immédiatement après avoir quitté son poste. Si l’assuré se voit diagnostiquer une « incapacité permanente » (invalidité) inférieure à 10%, une compensation financière lui est attribuée, en une seule fois, sous la forme d’un capital forfaitaire. Si son incapacité est supérieure à 10%, il reçoit, selon la gravité de son état de santé, une rente trimestrielle ou mensuelle.

Une cale de camion pour sécuriser le travail des caristes

Qu’advient-il lorsque la cause de l’accident est imputée à l’employeur ? Un salarié qui a subi de graves blessures durant ses heures de travail est en droit d’invoquer la notion de « faute inexcusable » devant les tribunaux compétents.

L’entreprise étant tenue à une obligation de sécurité envers ses personnels, sa responsabilité peut être reconnue par les juges s’il est prouvé qu’un manquement, délibéré ou non, est à l’origine de l’accident du travail. L’absence ou le dysfonctionnement de certains équipements de sécurité, comme une cale de quai destinée à immobiliser un camion en cours de chargement, constituent un argument susceptible de jouer en défaveur de l’employeur (selon les cas et l’interprétation des faits).

Si le tribunal estime que le mis en cause est coupable d’une « faute inexcusable », la Loi (article L452-1 du Code de la Sécurité Sociale) prévoit le versement d’une « indemnisation complémentaire » au bénéfice de la victime. Cette enveloppe sera financée par l’entreprise si le demandeur est reconnu invalide à 100%.

Entrepôts : comment aménager les quais de chargement ?

Si le Code du Travail donne des indications très générales pour sécuriser l’activité des salariés qui opèrent aux abords des quais de chargement, l’INRS (Institut National de Recherche et de Sécurité), organisme paritaire associé à l’Assurance Maladie, fournit aux...

Le défaut de frein, un risque dans les entrepôts

Les départs inopinés des véhicules de transport stationnés à quai sont parfois causés par une défaillance de leur frein de parc. Comment fonctionne ce dispositif sur un poids lourd ? 90% des accidents impliquant un véhicule de transport de marchandises se produisent...

Entrepôt : des solutions pour financer vos actions de prévention

Formations, subventions, accompagnements…la branche « risques professionnels » de l’Assurance Maladie, et ses antennes régionales incarnées par les Carsat (Caisses d’Assurance Retraite et de Santé au travail) proposent des mesures de soutien destinées aux entreprises...

Les 5 astuces pour choisir sa cale de quai

Lorsqu'il s'agit de sécuriser les quais de chargement, l'une des solutions les plus efficaces est l'utilisation de cales de quai. Les cales de quai permettent de maintenir la plateforme de chargement au niveau approprié, empêchant ainsi les mouvements indésirables des...

Sécurité : que contient le Document Unique applicable aux entrepôts ?

Tout employeur a l’obligation d’établir et de tenir à jour un Document Unique d’Evaluation des Risques Professionnels. Au sein des entrepôts logistiques, ce DUERP, mis à la disposition de la médecine et de l’Inspection du Travail, est particulièrement scruté : selon...

Pourquoi l’achat d’une cale de roue Kalstop donne droit à une baisse de cotisations ?

Les entreprises qui sous-traitent auprès de prestataires dont l’effectif est constitué à 80% au moins de travailleurs en situation handicap, bénéficient en retour d’un avantage fiscal. Créée par une loi spécifique promulguée en 1987, l’Obligation d’Emploi des...

Les 5 Conseils pour Prévenir les Chutes de Quai de Chargement

La sécurité des opérations de chargement et de déchargement est d'une importance capitale pour les entreprises. Les chutes de quai de chargement représentent un risque majeur pour la sécurité des travailleurs, des véhicules et des marchandises. Dans cet article, nous...

Les Différents Modèles et Caractéristiques des Cales de Quai

La sécurité des opérations de chargement et de déchargement est d'une importance capitale pour les entreprises. Les chutes de quai de chargement représentent un risque majeur pour la sécurité des travailleurs, des véhicules et des marchandises. Dans cet article, nous...

Les avantages de la cale de roue par rapport à un bloqueur

Les responsables d’entrepôt ont le choix entre l’une de ces deux solutions pour éviter les chutes en hauteur causées, lors d’une opération de chargement ou de déchargement, par le départ intempestif d’un camion stationné à quai. Toutefois, pour des raisons pratiques,...

Entrepôt : comment rédiger un protocole de sécurité ?

Un arrêté de 1996 impose aux transporteurs et aux entreprises qui les accueillent afin d’effectuer un déchargement et/ou un chargement de marchandises d’établir mutuellement un document écrit mentionnant toutes les informations nécessaires à l’évaluation des risques...